image-profil

Édito

Dans mes livres je cherche à décrypter la société contemporaine en restant à une prudente distance de l’actualité. Dans le blog je tente au contraire de réfléchir à haute voix sur le quotidien, sur ce présent sans précédent qui advient. J’essaye aussi de modestement pratiquer une liberté de pensée détachée de la mauvaise foi des bonnes intentions, et débarrassée des poncifs idéologiques. Comme le recommandait un jour Michel Onfray, il s’agit d’un essai pour « rendre la raison populaire » selon l’expression de Diderot.

Dérapages de l’Humanisme occidental le 27 février 2017

Ayant par le passé essayé d’analyser les concepts propre à une Ethique et à un Humanisme actualisés, j’ai été particulièrement attentif et sensible à une récente déclaration de J-C Junker (actuel Président de la Commission Européenne et ancien 1er Ministre du Luxembourg) jugeant que les multinationales qui, au Luxembourg, échappaient aux impôts agissaient de façon légale quoique non éthique. De même certains candidats aux présidentielles françaises se sont permis des attitudes légales mais peu éthiques, critiquées et vilipendées par des commentateurs mus par des sentiments non dénués d’arrières pensées politiciennes et intéressées, et donc fort peu éthiques. Or l’éthique est une composante forte de l’Humanisme.
Je me demande donc si notre humanisme occidental n’est pas en train de déraper : l’humanisme est né formellement avec Pic de la Mirandole qui en a fait un moment d’autonomie de l’individu. Mais en fait c’est Homère qui l’a mis en scène pour la première fois quand, à la fin de l’Iliade, Priam vient à genoux implorer Achille de lui rendre le corps de son fils. Seul moment où Homère parle du «grand Priam». Achille ne dit rien, le relève, le prend dans ses bras et les deux se mettent à pleurer. Sentiment de compassion, qui n’est qu’une face de la grande solidarité humaine, autre composante d’un Humanisme symbolisé depuis par la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789. Or nous assistons désemparés à l’effritement de cette face universaliste de l’Humanisme, notamment par un retour agressif et accéléré des nationalismes et des réactions autarciques en Europe. Chacun se croit discriminé et menacé par l’extérieur : Trump par les Mexicains, les Chinois, les Canadiens, et même l’Europe qui abuserait des largesses américaines; le Royaume Uni bien sûr avec le Brexit pour contrer les arrivées sur son sol des autres européens; mais aussi la Pologne, la Hongrie et tous les pays qui, de la Suède et de la Hollande à la France et à l’Allemagne voient croître et embellir des mouvements nationalistes qui prônent la fermeture des frontières, le retour des politiques nationales et protectionnistes, la constructions de murs ou rideaux de fer, la déportation des clandestins, etc.. Les nationalismes renaissants s’alimentent d’images idéalisées et réconfortantes de leur passé (celles qui ont amené les grandes boucheries des deux guerres mondiales) alimentant égoïsme et narcissisme collectifs. C’est l’alliance entre populisme et démocratie dont on peut craindre le pire. Si nous continuons ainsi, nous verrons demain se multiplier les Trump et les Le Pen.
Mais ne croyez pas que je sois pessimiste : le pessimiste s’attend au pire pour les lendemains. Or le pire semble déjà là !!

Accéder à la page de l'article

Bonapartisme ragaillardi. le 20 janvier 2017

L’investiture de Trump aujourd’hui au Capitole illustre le bonapartisme ragaillardi qui semble triompher partout, de la Russie à la Turquie, de Varsovie à Budapest, pour ne pas parler des similis démocraties « tiers-mondistes », devenues dictatures de fait, qui fleurissent d’Alger à Kinshasa, Brazzaville ou Banjul. C’est la remise en cause de l’illusion démocratique qui berçait l’occident […]

Lire la suite de l'article

la pensée libre le 5 janvier 2017

Faute de chercher et d’utiliser le mot juste, c’est la passion ou l’idéologie qui prennent le pas sur la pensée libre; c’est la passion ou l’idéologie qui opposent le bien et le mal, quelle que soit la complexité du problème; c’est la passion ou l’idéologie qui promeuvent une pensée monolithique et simpliste, sans mise en […]

Lire la suite de l'article